The Last Empress of Korea

Publié le par Martina y Fred

  1. We had the opportunity to discover a part of modern history of Korea or Chosun

when we saw the musical show of

"The Last Empress"

 

In the mid-19th century, Chosun (Korea)

 known as the Land of Hermits for her stubborn isolation from the western world,

was about to be swept by the rising tide of global imperialism. As traditional feudal system began to collapse,

tensions were brewing in all corners of her society

 and Chosun was no longer the Land of Morning Calm

as its name implies.

 

In 1864,
a twelve-year-old nephew of the late king was put to the throne as king Kojong with his father, Taewongun, as the regent. In order to prevent future interventions by royal in-laws, Taewongun arranged a commoner,

(person having no rank of nobility)

 Ja-young Min, to be married to Kojong.

An isolationist at heart, Taewongun vehemently adhered to close-door policy against Western Barbarians until 1873, when he was forced to retire as Kojong came of age.



Chosun ended her seclusion by a commerce treaty

with Japan in 1876 and opened doors to foreigners

who came to seek immediate opportunities.

 Chosun was at the threshold of a new era

with foreign ideas and cultures pouring in.


Various modernization measures were introduced

amid endless protests by conservative isolationists.

Second commerce treaty was signed with the United States in 1882,

and other western nations followed in quick succession.

 

Quelques faits marquants historiques  

de la Corée ou Chosun

pour mieux comprendre la comédie musicale 

"La  Dernière Impératrice"  

 

Jusqu'à la fin du 19ème siècle la Corée conserve une attitude rigoureusement conservatrice et isolationniste. 

La Corée connaît depuis 1849 des problèmes de succession, la lutte des clans n'en devient que plus vive.

Kojong, enfant couronné à l'âge de douze ans, n'est choisi qu'en raison de son origine sociale obscure. Son père assure la régence et se révèle un formidable homme d'état qui ne sera connu par la suite que par son titre : Taewongun.

Réformes de l'armée, du recrutement des fonctionnaires, de l'économie, reconstruction dispendieuse de

Kyongbokkung

le palais de Séoul

 

lui aliènent pourtant le peuple et les classes dirigeantes.

La reine Ja-young Min choisie exprès sans noblesse par le Taewongun  devint pourtant sa principale ennemie.

L'impérialisme japonais se manifeste en Corée dès 1875 par l'incident du navire Unyo. Le Taewongun en profite pour revenir au pouvoir, perdu au profit du clan de la reine Ja-young Min  peu de temps auparavant.

Le traité signé en 1876 ouvrit les trois principaux ports coréens Wonsan, Pusan et Inchon.

Le clan Min devint pro-Chinois principalement pour s'opposer au Taewongun favorable à l'isolationnisme.

Quant au roi, son pouvoir était instrumentalisé par l'un ou l'autre des clans.

Une mutinerie de soldats de la capitale, les massacres de Japonais et la fuite de la reine Min donnèrent le prétexte à l'occupation de la péninsule par 5 000 soldats chinois.

La Chine réaffirmait son autorité alors que le Japon négociait un second traité lui donnant droit notamment à positionner 300 hommes à Seoul.

Le gouvernement coréen pour contrebalancer l'influence japonaise multiplie les traités avec les nations occidentales.

 

Le Taewongun kidnappé par les Chinois disparait de la vie politique. Un coup d'état pro-japonais et la réaction importante chinois (notamment contre les Japonais) aboutirent à l'évacuation des troupes étrangères en Corée (jusqu'à l'île de Komundo, base britannique en 1887).

Dans un contexte où les produits chinois et japonais concurrencent l'économie coréenne, où les impôts excessifs frappent le peuple déjà affecté par la famine de 1892 et où l'interdiction de la religion Tongak est réaffirmée, éclate une révolte paysanne en 1894. Celle-ci sera rapidement réprimée à l'aide de contingents japonais et chinois. Le refus de l'ultimatum lancé par les Japonais amorce le conflit entre Japonais et Chinois en juillet 1894. L'année suivante le traité de Shimonoseki est signé. Les puissances occidentales font renoncer Tokyo au Liaodong mais avalise la main mise japonaise sur la Corée.


Le Taewongun est écarté malgré son adhésion aux réformes sociales et économiques.

La reine Min est assassinée en 1895

par les Japonais

Elle était en effet favorable à la faction pro-russe qui bénéficiait d'une influence croissante au point en 1896 d'accueillir le roi dans sa délégation.

Après une dernière négociation en 1904 pour se partager la zone Mandchourie-Corée, la guerre éclate et tourne à l'avantage des Japonais à terre et sur les mers en 1905.

La même année la Corée est mise sous protectorat, elle perd sa souveraineté internationale.

En 1907, Kojong est déposé au profit de son fils pour avoir voulu sensibiliser vainement les puissances européennes à la situation du royaume.

Trois ans plus tard, Sunjong renonçait à son trône,

la Corée devint colonie.

http://es.wikipedia.org/wiki/Emperatriz_Myeonseong_de_Joseon

Publié dans marfred

Commenter cet article

Jenny 28/03/2007 13:42

Un peu compliqué quand même, je pense que je reviendrai relire l'article une deuxième fois....